Le Point – La Bulle d’influence – 16-12-2007

” Le 8 mai, surlendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, le restaurant parisien Chez Françoise est plein à craquer: 180 personnes ont répondu à l’invitation de La Bulle, l’un des clubs les plus atypiques des cercles d’influence que compte l’Hexagone.

Le bruit a couru que c’est ici que se composent une partie des futurs cabinets ministériels. Toujours est -il que La Bulle- association apolitique – compte, dans

le gouvernement Fillon, un directeur de cabinet, six chefs de cabinet, trente cinq conseillers ou chargés de mission, et même une ministre, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a le portefeuille de l’écologie. C’est Jean-Marie Caillaud, président de La Bulle et actuel chef du cabinet de la ministre de la Culture et de la Communication qui a lancé le club, en 2001, avec des amis.” Nous étions une dizaine exerçant des responsabilités dans le domaine public ou privé, on se retrouvait pour échanger et décompresser ; d’où le nom La Bulle pour bulle d’oxygène”.

Le recrutement se fait par cooptation. Mais pas de cravate club ni de carte d’adhérent. Tous les deux mois, les 571 membres, des quadras pour la plupart, reçoivent un courriel leur indiquant le lieu du prochain dîner-débat et le nom de l’invité.” La Bulle est un cercle où l’on pose toutes les questions sans tabous», explique Gaétan Chauderlot, secrétaire général de l’association et ex-directeur de cabinet passé dans le privé.

Tout comme l’état d’esprit. «La qualité humaine des membres a plus d’importance que la valeur du compte en banque ou du poste occupé.» C’est sans doute ce qui a plu au PDG de Total, Christophe de Margerie, l’un des sept patrons du CAC 40 à avoir rejoint La Bulle.

«Pendant la campagne, certains ont essayé, sans succès, de nous transformer en machine de guerre. Nous ne sommes pas un club de réflexion, nous voulons juste  décloisonner, afin que le privé et le public se connaissent mieux et que ce pays soit encore plus performant”, se défend Jean-Marie Caillaud. L’un de nos membres, principal de collège, avait des idées sur la réforme de l’Education nationale, nous l’avons mis en contact avec le cabinet de Sarkozy.”

Facsimilé de l’article :

Article La Bulle Le Point