Inscription newsletter

 

Recevez les actualités
d'Eau Vive

Votre e-mail :
 
ideas-logo

Actualités et Informations

Actualités





PDFImprimerEnvoyer

Burkina Faso : Forum 'Nutrition communautaire et valorisation des aliments locaux'

Bilan et leçons apprises des expériences de 2008 à 2011

 

Organisé par Eau Vive sous la présidence du Gouverneur de la région du Sahel au Burkina Faso, ce forum s’est tenu du 27 au 29 juillet à Dori (Nord-Est du Burkina Faso). Trois jours durant, dans une actualité de catastrophe humanitaire qui se déroule dans la corne de l’Afrique, les participants (membres d’organisations communautaires, de structures publiques ou associatives et partenaires financiers) ont échangé sur leurs expériences, partagé les activités, résultats, difficultés, obstacles et contraintes relatifs à la mise en œuvre d’interventions combinant la promotion de la sécurité alimentaire et la prévention de la malnutrition et les principaux enseignements à retenir pour l’avenir. Durant ce forum, les participants ont découverts la richesse des produits locaux et confirmé la conviction que les populations sahéliennes peuvent atteindre la sécurité alimentaire et vaincre la malnutrition par une bonne valorisation des potentialités locales.

 

A l’issue de cette rencontre, des recommandations fortes ont été faites. Elles portent principalement sur «le dépistage des acteurs vulnérables, la sensibilisation aux bonnes pratiques alimentaires, l’information sur les composantes, les sources, les coûts, à la mise sur le marché des produits fortifiés et au renforcement des actions d’hygiène et assainissement.

 

De façon spécifique, des recommandations ont été faites à l’attention d’acteurs stratégiques et opérationnels pour que soient renforcées et promues la sécurité alimentaire et la nutrition des groupes défavorisés

 

 

Pour lire le rapport du forum, cliquez ici

Sont également disponibles et téléchargeables les annexes 1, 2, 3 et 4.

PDFImprimerEnvoyer

L'heure des résultats au Mali

 

Le programme d’« Amélioration de la gestion de l’eau et de l’assainissement » dans 10 communes au Mali permet l’accès à l’eau potable et à l’assainissement aux habitants. Afin d’assurer une autonomie durable, Eau Vive a porté ses efforts sur le renforcement des compétences (formation, structuration) tant auprès des élus communaux, des acteurs locaux, que des structures villageoises ou des habitants.

 

forage_dedji_maliLa construction de forages garantit aujourd’hui un approvisionnement en eau potable à proximité. Elle allège une corvée d’eau harassante et chronophage pour les femmes et les enfants. L’éducation sanitaire, la promotion de l’usage des latrines, la disponibilité d’une eau potable, améliorent significativement les conditions d’hygiène et d’assainissement de la population. Enfin, le renforcement des capacités des structures communales et villageoises à travers la formation des acteurs, la mise en place d’une gestion des points d’eau, d’un dispositif de maintenance et de réparation, l’instauration de commissions communales Eau, Hygiène et Assainissement améliorent la gestion du service de l’eau dans cette région.


Des résultats :

  • 24 600 personnes ont accès à l’eau potable
  • 35 600 personnes sont sensibilisées aux règles d’hygiène
  • 680 élus et acteurs locaux ont renforcé leurs compétences

 

 

PDFImprimerEnvoyer

L'heure des résultats à Mopti, Mali

 

 

Le programme de « Bonne Gouvernance pour l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement» a été développé dans 12 communes de la région de Mopti. Une trentaine de villages sont équipés de forages, de puits et de latrines.

 

alimadiarraPrès de 35 000 personnes disposent desormais des bases d'une vie décente.

Pour Alima Diarra, membre du comité de salubrité de Ngolobala, le forage est une renaissance pour le village, surtout pour les femmes. "Avant on se reveillait tôt le matin pour marcher 5 km pour chercher l'eau avec nos filles. Les petites n'allaient pas à l'école. Le plus difficile était les maladies à cause de l'eau insalubre. Maintenant, avec le forage nous avons du temps, nous pouvons faire du commerce, du maraîchage. Nous avons créé une association des femmes et organisé une tontine (mutuelle). Aujourd'hui nous disposons de 400 000 FCFA (environ 600 EUR). Nous n'avions jamais imaginé que c'était possible."

 

 

Des résultats :

  • 20 500 personnes accèdent à l'eau potable,
  • 37 000 personnes sont sensibilisées aux règles d'hygiène,
  • 45 élus ont été formés en maîtrise d'ouvrage communale et 1 commission eau, hygiène et assainissement a été mis en place dans chacun des 12 communes.

 

PDFImprimerEnvoyer

L'heure des résultats pour les communes de Mansila et de Tankougounadié

 

 

Au Burkina Faso, le programme « Eau potable et Assainissement pour un Développement Humain Durable» (PEADHD), mené dans les communes de Mansila et Tankougounadié, est achevé.

La construction de forages et de puits permet aujourd’hui un accès durable à l’eau a la population. Cette dernière bénéficie aussi maintenant de conditions vie saines possibles  grâce à l’installation de latrines et aux formations pour adopter de bonnes pratiques de d’hygiène.

Au-delà de ces améliorations, ce programme a porté sur la restauration de l’environnement. Il était important de préserver le potentiel de production et de favoriser le développement agricole. Dans ce sens, Eau Vive a encouragé de nombreuses initiatives comme la réalisation de banques d’aliments à bétail, la création de zones maraîchères… L’insuffisance en ressources humaines qualifiées et en outils adaptés est un véritable frein pour le développement. Eau Vive a donc travaillé au  renforcement des communes et des structures villageoises pour améliorer le niveau de la gouvernance locale, la qualité des équipements et du service de l’eau et de l’assainissement, le tout bien sur en s’occupant de l’alphabétisation.

 

Des résultats :

21000 personnes accèdent à l'eau potable

25 000 personnes sont sensibilisées aux règles d'higyène

625 élus et acteurs locaux ont renforcé leurs compétences pour garantir un accès à l'eau durable

PDFImprimerEnvoyer

Forum nutrition et sécurité alimentaire au Burkina Faso

6 Juin 2011

 

 

Du 29 juin au 1er juillet prochain, 150 personnes (membres d’organisations communautaires, de structures publiques ou associatives, partenaires financiers) seront rassemblés à Dori (Burkina Faso).

 

3 jours mis à profit pour faire le bilan et tirer les enseignements des expériences conduites dans ce pays de 2008 à 2011 en matière de prévention et de prise en charge communautaire de la malnutrition. Ces actions visent à privilégier la consommation des aliments locaux.

 

Ce forum, présidé par le Gouverneur de la Région du Sahel, est un temps fort national. De nombreux débats y seront ouverts pour échanger sur les différentes initiatives développées en matière de prévention de la malnutrition grâce à l’utilisation des produits alimentaires locaux pour favoriser la sécurité et la souveraineté alimentaires. Les difficultés, obstacles et contraintes rencontrées, quant à la mise ne œuvre de ces initiatives, seront également abordés afin d’en tirer des enseignements pour l’avenir.

 

Fatimata Niang - Présidente du groupement Barke Djandé
Notre groupement fait des légumes séchés pour notre consommation et pour vendre. Eau Vive nous a formées à cette technique et nous avons fait des visites d’échange pour voir ce qui se faisait ailleurs.
Cette évolution nous a beaucoup apporté. Avant on n’avait même pas de quoi acheter le thé si nos maris ne nous donnaient pas d’argent. Maintenant nous sommes autonomes grâce à la vente de nos légumes séchés. On peut payer l’école pour les enfants et, avec nos bénéfices, on achète un mouton, on le garde 4 à 6 mois et on le revend pour faire d’autres bénéfices.
Au début les gens n’achetaient pas, ils trouvaient que nos légumes étaient tout petits, mais quand ils ont cuisiné avec, ils ont constaté que c’était beaucoup et depuis ça marche bien.

 

Awa MASSA - Secrétaire adjointe de la Fédération Djiamwari (la paix, la santé est venue) – ancienne animatrice en nutrition (programme sécurité alimentaire d’Eau Vive).
Avant nous faisions juste du lait pasteurisé ou du yaourt. Avec Eau Vive nous avons appris comment transformer le lait en fromage et, grâce à cette technique, nous pouvons le conserver plus longtemps.
Maintenant que nous savons produire ce fromage, le wagashi, nous devons le vendre. Les femmes ne connaissent pas ce produit, alors Eau Vive organise des animations, des théâtres forums, pour le présenter, démontrer ses atouts nutritionnels et apprendre à le préparer.
J’ai été animatrice dans le cadre du programme PNUCSAD et, depuis que mon contrat est terminé avec Eau Vive, je continue à informer des gens sur la nutrition. Quand je vois un enfant malnutri, j’interpelle sa mère et lui suggère par exemple de faire de la bouillie enrichie.
En tant qu’animatrice j’ai constaté des différences sur la période du projet, il y avait moins d’enfants malnutris à la fin.

Contributions d'Eau Vive au Forum mondial de l'eauen savoir plus
Forum mondial de l'eau : Eau Vive avec "A l'eau l'Afrique, A l'eau le monde !"en savoir plus
Actes des forums nationaux A l'eau l'Afrique! A l'eau le mondeen savoir plus
Le Burkina Faso se mobilise pour le Forum mondial de l'eau en savoir plus
lire toutes les actualités